• 0892490245 1,50€/appel + prix appel
  • contact@protagoras.fr
moto
Sécurité Routière

L’accidentologie des deux roues

18 avril 2014

Les conducteurs des deux roues manquent parfois de prise de conscience face aux risques pris sur la route et en ville.  Les 2 roues sont de plus en plus nombreux. Très pratiques en ville et pouvant se faufiler entre les voitures, ils deviennent très populaires, mais les risques sont nombreux même à faible vitesse. Il faut être attentif à l’environnement, à la circulation, et être très prudent.

On peut dissocier différentes catégories de deux roues :

  • Les deux roues non motorisées comme la bicyclette et le VTT.
  • Les deux roues motorisées (scooter, moto…)

Parmi les motocyclistes, on distingue plusieurs catégories d’usagers:

  • Les conducteurs de motocyclettes légères n’excédant pas 125 cm3 et une puissance maximale de 11 kW, qui ont le permis A1.
  • Les conducteurs de motos n’excédant pas 35 kW et tricycles n’excédant pas 15 kW, qui ont le permis A2.
  • Les conducteurs de motos légères allant de 50 à 125 cm3 et scooter 125 cm3, qui ont le permis B depuis au moins deux ans et une formation de 7 heures. (Si vous justifiez d’avoir conduit une motocyclette ou un scooter à trois roues ces cinq dernières années avant le 1er janvier 2011, vous n’avez pas besoin de suivre la formation).
  • Les conducteurs de motos ou scooters de grosses cylindrées, qui ont le permis A.

Pas forcément très simple lorsque vous souhaitez savoir quel permis vous devez passer ou pas pour conduire un deux roues, mais c’est comme cela. Quoi qu’il en soit, le parc des 2 roues motorisés en France est situé entre 2,5 et 3,5 millions de véhicules (pas très précis avouons le…)

On considère à environ 1,5 million le nombre de possesseurs de moto et scooters de 125 cm3 et plus, ce qui laisse une grosse part aux moins de 125 que l’on peut piloter avec un permis auto.
Certains n’hésitent pas à dire que ce sont les moins préparés et donc les plus sensibles aux accidents. Pourtant, en nombre de tués, plus de 80% étaient des titulaires de permis A en 2012.

Les accidents de deux roues

Les deux roues motorisées sont les plus concernées par la mortalité. Il y a 27 fois plus de risques d’être tué à moto qu’en voiture. 94 % des accidentés et tués sont des hommes. Concernant les femmes, une femme sur deux tuées à moto est une passagère.

Ce pourcentage s’applique toutefois à tous les accidents de la route, voitures comprises.

  • En 2012, en France métropolitaine, le nombre de tués en motocyclette est de 664, et les personnes âgées de 25 à 34 ans sont les plus touchées.
  • En effet, en 2012 sur 664 personnes tuées, 28 % des personnes sont âgées de 25 à 34 ans. Contrairement aux idées reçues, les 15-24 ans représentent 23 % des tués en deux roues.

« Boire ou conduire » il faut choisir. Les motocyclistes impliqués dans un accident mortel et ayant une alcoolémie positive sont de 20,6 %. Les effets de l’alcool sont très mauvais et troublent la conduite et l’attention en motocyclette. La vision diminue d’un quart avec 0,5 g/L d’alcool dans le sang. Le conducteur n’ayant pas de carrosserie, les effets engendrés sont considérablement plus graves qu’en voiture. La personne ayant bu et perdant l’équilibre ou ayant un choc est projetée directement hors de la moto, et peut atterrir très violemment au sol.

En ville, les motards sont souvent vigilants aux dangers éventuels, portes de voiture qui s’ouvrent, automobilistes peu prudents, piétons qui ne traversent pas au bon endroit. À la campagne, les motards sont parfois décomplexés et oublient les dangers.

Pour inciter la population à faire plus attention en deux roues à la campagne là où l’on s’attend le moins au danger, la sécurité routière lance un spot destiné aux motards en 2012.

Afin de lutter contre les accidents et d’améliorer la sécurité des motards, un nouveau permis moto a vu le jour le 19 Janvier 2013.

  • L’âge de l’accès à la catégorie A (grosse cylindrée) a été  reculé à 24 ans pour les motards novices.  Après deux ans d’expérience avec le permis A2 et une formation de 7H contre 5h auparavant, le permis A est aussi accessible pour un candidat plus expérimenté.
  • Le permis AM des 50 cm3 n’est plus une simple attestation et est dorénavant matérialisé par un permis électronique (même s’il reste une formation et non pas un examen à partir de l’âge de 14 ans).
  • Le permis A1 aussi nommé « permis 125 » est accessible aux boîtes automatiques. Il est alors possible de conduire des motos automatiques. Une mention est notée sur le permis, et est restrictive aux motos seulement automatiques.
  • Notons que le scooter 3 roues de Piaggio en 400cc est accessible avec le permis auto.

Cette réforme du permis moto en 2013 a abouti à des évolutions du permis en 2014 qui changeraient l’examen et ses épreuves.

Les 125cc les plus exposés aux accidents et sous équipés.

scooter

Les accidents des 125 sont supérieurs de 60 % à celles des motards en général, mais ces accidents sont souvent moins graves qu’avec les motos de plus fortes cylindrées.
D’après des chiffres de la mutuelle des motards concernant les vêtements de protection 86 % d’entre eux font attention à porter régulièrement des blousons de motos, et 70 % en mettent tous les jours.

Concernant les scooters et principalement les conducteurs de 125 CC, 56 % d’entre eux prônent  porter régulièrement un blouson de protection. 36 % en portent tous les jours.
Et, 17 % seulement portent des bottes de protection régulièrement et 7 % tous les jours, des chiffres beaucoup trop bas…

On peut considérer ces chiffres comme encourageants, car les vêtements traditionnels ne sont pas faits pour être portés sur les deux roues, scooters ou motos.
Les vêtements des deux roues doivent répondre à des normes (EPI équipement de protections individuelles), pour protéger des chocs, abrasions.

Il existe deux catégories d’EPI concernant les deux roues :

  • La  catégorie 1 qui intègre les produits de loisirs, comme les gants de jardinage par exemple. Les équipements sont auto-certifiés par les constructeurs.
  • Pour la catégorie 2 de la nomenclature de la directive 89/686/CEE, les produits sont examinés et certifiés par un organisme indépendant.

 

L’été arrivant, il faut être très prudent, et le bon sens recommande ne pas rouler en tong et en short.
Certes, il est très agréable de pouvoir rouler en tenue de ville surtout lorsqu’il fait chaud, mais il ne faut pas en oublier les risques.
gilet de sécurité

En plus de ces normes, il ne faut pas oublier le port du casque. Et, pourquoi ne pas porter un brassard réfléchissant pour plus de sécurité, même si le projet de loi a été abandonné et peu cautionné par la FFMC.

En conclusion, rouler doucement en étant attentif permettra sans aucun doute de maintenir à 12 le niveau de ses points sur son permis. Mais au-delà de cet aspect,  une vitesse maitrisée et un équipement adapté seront sans aucun doute le meilleur allié du possesseur de 2 roues à moteur qui souhaite conserver toute son intégrité physique.

crédit photo : FlickR / H Matthew Howarth & bibi95 – Moto addict

Publié par bike
Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-nous sur Facebook