• 0892490245 1,50€/appel + prix appel
  • contact[at]protagoras.fr
Comment transporter une moto sur une remorque : réglementation et conseils utiles 
Moto

Comment transporter une moto sur une remorque : réglementation et conseils utiles 

8 octobre 2018

Rider sur un circuit au lieu de considérer la voie publique pour une piste de moto de course évitera de perdre des points sur son permis moto ! Mais pour rejoindre les sites de course, le motard peut être amené à remorquer sa moto. La remorque porte-moto devient obligatoire en cas de panne ou suite à un accident de la route. Ce guide vous délivre tous les conseils nécessaires. Le transport d’une moto inclut des précautions pour éviter les dégradations de la machine, voire un accident.

Les premières étapes pour transporter sa moto sur une remorque

  • Arrimer la remorque sur l’attache remorque du véhicule et placer la sécurité.
  • Brancher ensuite la prise électrique de la remorque au véhicule pour assurer l’éclairage de plaque, des feux stop, le feu de marche arrière et les clignotants.
  • Positionner la moto face au rail et monter la moto en première en jouant avec l’embrayage.
  • Fixer la moto à l’aide des sangles. Si la remorque n’a pas de plancher, il faudra être deux personnes pour maintenir la moto en équilibre : l’une maintient le deux-roues, l’autre fixe les sangles. Ne lésinez pas sur l’attache : quatre sangles au minimum, six au mieux. Fixer ensuite la roue avant de la moto avec deux sangles de chaque côté du guidon à 45° et deux sangles à l’arrière, perpendiculaires à la moto.
  • Mettre la moto au point mort.
  • Prendre la route en adaptant sa conduite avec la remorque. S’arrêter après une dizaine de kilomètres pour vérifier l’ensemble de la fixation.

Bien choisir sa remorque pour le transport d’une moto

Les points d’arrimage sont des accessoires remorques essentiels : ce sont eux qui accueilleront les sangles. Fixer quatre arrimages est un strict minimum, six sont conseillés.

Pour les longues distances, favorisez une remorque avec des roues de 13-14 pouces plutôt que des roues de 10 pouces. Ces dernières seront plus appropriées pour un simple dépannage sur une petite distance.

Le bloque-roue permettra de caler parfaitement la roue avant. La plupart des modèles peuvent s’installer sur un plateau de remorque comme à l’arrière d’un fourgon, dans la soute d’un camping-car, sur le pont d’un bateau, et même au sol dans un garage ou un parking.

Comme pour une remorque porte-bateau, prêtez attention au poids total en charge de la remorque (PTAC) ! Si vous songez à acheter une remorque de moins de 500 kg, elle portera le même numéro minéralogique que le véhicule qui la tracte.

Si le poids dépasse les 750 kg en revanche, la remorque devra disposer d’une carte grise propre et le permis B ne suffit plus : le conducteur devra passer le permis poids-lourds. Il faudra obligatoirement s’équiper d’une remorque freinée si le poids total dépasse les 750 kg.

Ces remorques garantissent une parfaite sécurité de l’attelage lors du freinage du véhicule tracteur, grâce à un système de freins à inertie qui absorbe le poids. Une petite remorque non freinée suffit pour les transports légers.

Le matériel idéal

Les sangles

Les deux sangles essentielles sont à fixer près des tubes de fourche, sans pincer une durite de frein ou un faisceau électrique. Deux sangles supplémentaires accrochées à l’arrière du cadre ou sur les platines repose-pieds stabiliseront la moto latéralement.

Une dernière sangle empêchera la roue arrière de quitter le rail. Préférez des sangles à cliquets de bonne qualité qui ne se détendront pas.

Laissez un peu de jeu aux suspensions : les sangles doivent être tendues, mais ne doivent pas entièrement compresser la moto sans quoi, elle ne réagira pas favorablement aux bosses sur la route. Il faut donc trouver un juste milieu.

Le bloque-roue

Privilégiez un sabot en acier galvanisé pour qu’il dure longtemps. Il assurera convenablement le blocage de la moto lors des freinages.

Des blocs de mousse

Protégez votre moto contre le claquement des sangles et des cliquets qui risquent d’écailler la peinture du deux-roues.

Bien entretenir sa remorque

Vérifiez régulièrement le verrouillage de la tête d’attelage située à l’extrémité avant. Appliquez de la graisse universelle à l’intérieur ainsi que sur la boule de la voiture.

Vérifiez l’état de la pneumatique avant un trajet, à savoir l’usure de la bande de roulement et d’éventuelles coupures sur les flancs. Prenez garde à la pression des pneus, qui se vérifiera de préférence à froid, c’est-à-dire avant d’avoir roulé plus de dix kilomètres.

Les feux de signalisation doivent fonctionner parfaitement pour éviter les accidents mais aussi une contravention.

Regardez les feux de position, ainsi que l’éclairage de la plaque d’immatriculation. Pour information, il existe deux types de prise électriques sur une remorque : 7 connecteurs sur les anciennes prises et 13 pour les nouvelles. Ce sera bon à savoir si vous êtes amené à louer une remorque.

Jetez un œil à l’ensemble : essieu, châssis, plancher bois, roue jockey et béquille. Enfin, évitez les soudures ou les perçages sur les corps d’essieux qui risquent d’entraîner la perte de l’homologation de la remorque.

Publié par Thierry SALORD
Partagez cet article
A propos de l'auteur
Thierry SALORD est le fondateur de StagesPointsPermis.Com depuis 2005. Durant l'exploitation de ce portail de réservation de stages de récupération de points de permis de conduire, il a su se forger une culture autour de la législation du permis à points et de la problématique de la perte de points. Ses articles ont pour but de vulgariser le mécanisme législatif lié au dispositif du permis à points afin de fournir des informations claires, simples et détaillées aux internautes. Un second objectif est de diffuser des informations utiles et, bien entendu, de les partager avec les professionnels du permis à points et tous les visiteurs de ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-nous sur Facebook