• 0892490245 1,50€/appel + prix appel
  • contact@protagoras.fr
Tout ce qu'il faut savoir sur le wheeling à moto
Moto, Non classé

Tout ce qu’il faut savoir sur le wheeling à moto

20 avril 2018

Le wheeling, c’est quoi ?

Le wheeling est cette figure ou cascade qui consiste à rouler uniquement sur la roue arrière, contrairement au « stoppie », où l’on va freiner sur la roue avant avec un deux-roues. Le terme provient de l’anglais « wheel », la roue. Figure très répandue dans le stunt, cette discipline de sport moto dont le but est d’enchaîner des figures de voltige, que l’on découvre lors d’un rassemblement ou au salon de la moto. Mais il n’existe pas moins d’une trentaine de variantes.

Les amateurs de figures à deux-roues ont une imagination fertile. À commencer par l’albatros : sur la roue arrière, le motard écarte les deux jambes ; l’amazone, avec les deux jambes du même côté ; Superman, le corps allongé sur la selle, etc. Il est possible de réaliser un wheeling avec un véhicule quatre-roues, comme le quad ou le monster truck, par exemple.

Quelles sanctions pour un wheeling (ou un stoppie) sur la route ?

Wheeling, glisse, genoux à terre, drift ou burn : ces acrobaties sont aussi spectaculaires que légiférées. En revanche, le code routier n’est pas clair sur les infractions et peines encourues puisque ces comportements ne figurent pas expressément dans la loi.

Il faut donc examiner les fautes potentielles que le cascadeur est susceptible d’encourir… ou plutôt de cumuler. Tout d’abord, l’article R 412-6 du code de la route, précise que tout conducteur doit pouvoir à tout moment exécuter « toutes les manœuvres qui lui incombent », sans quoi il risque un procès-verbal : l’amende forfaitaire prévue pour cette contravention de deuxième classe est de 35€ (amende maximale de 150€), sans retrait de point sur le permis de conduire. L’article R413-17 rappelle l’obligation de respecter la vitesse maximale autorisée sur route ou en agglomération. Les infractions varient alors selon le seuil de dépassement de la vitesse.

« Les véhicules à moteur ne doivent pas émettre de bruits susceptibles de causer une gêne », précise l’article R318-3.

Le fait d’y contrevenir est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe, soit une amende de 135€, pouvant être minorée ou majorée, associée à une perte de 1 point à 6 points sur le permis de conduire. « Tout conducteur qui s’apprête à apporter un changement dans la direction de son véhicule doit avertir les autres usagers ».

Cette contravention donne lieu à la réduction de trois points du permis de conduire.

De manière générale, gardez à l’esprit que selon le code pénal, article 223-18, le fait d’exposer directement autrui « à un risque immédiat de mort ou de blessures par la violation d’une obligation particulière de prudence ou de sécurité imposée par la loi » est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende.

Les figures doivent rester un plaisir et un jeu de moto, à effectuer dans une zone hors de danger.

Les risques mécaniques engendrés après un wheeling

Inutile de préciser qu’un deux-roues – motocyclette, scooter ou grosse cylindrée de type superbike – n’est pas conçu pour les figures. À force, les organes de sécurité et l’équipement moto ont tendance à s’user. On notera en premier lieu une usure prématurée des pneus moto. D’où l’intérêt de veiller régulièrement à l’état et la pression de chaque pneu.

Les suspensions et les freins sont aussi fortement exposés. Lorsque la moto retombe, le contact avec le sol peut être violent. Les joints SPI de la fourche s’endommagent plus rapidement et cela peut avoir comme conséquence de perdre l’amortissement ou de modifier l’axe de la roue avant.

Prenez garde à ce risque mécanique, même s’il l’usure n’est pas visible.

Le freinage quant à lui est fortement sollicité lors de cette figure, un changement des durites d’origine en caoutchouc pour des durites aviation doit être envisagé.

Conseils si vous souhaitez réaliser un wheeling

Règle d’or du rider: pour des questions de sécurité routière, réalisez toujours les wheelings sur une route fermée, un site isolé, comme un parking non fréquenté.

Sur la voie publique, il est trop dangereux de tenter cette figure au démarrage, un piéton ou un animal pourrait venir à traverser.

Ensuite, prévoyez les équipements de protection : casque moto, veste, gants moto, dorsale, coques de protection pour les hanches, les genoux et les coudes.

Optez ensuite pour un terrain plat.

La première technique, qui reste la moins recommandée, consiste à s’entraîner sur une moto suffisamment puissante – ou motocross tout terrain – pour être certain de pouvoir propulser la roue avant. Pour les débutants, passez la première vitesse.

Lancez-vous à 10 ou 20 km/h. Commencez par réduire la vitesse puis tournez fortement la poignée de l’accélérateur. L’avant de la moto va se lever.

Autre technique, qui requiert plus d’expérience mais qui reste la plus sûre, consiste à utiliser l’embrayage pour cabrer l’engin.

Débrayez en première ou seconde, montez la puissance jusqu’au régime moteur adéquate et relâchez l’embrayage d’un coup.

Utilisez le frein arrière pour retomber. Prenez garde à ne pas l’utiliser trop brusquement, vous risqueriez de retomber brutalement et perdre l’équilibre.

Soyez souple, mais ferme sur vos avant-bras et anticipez l’impact de la retombée au sol sur la fourche.

Amateurs de sensations fortes et freestyle, vous ne réussirez pas un wheeling du premier coup. Armez-vous de patience.

Le débutant pourra également faire un stage auprès de professionnels afin de recueillir de précieux conseils pour la réussite de la figure et surtout pour sa sécurité.

Publié par Pierre C
Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-nous sur Facebook