• 0892490245 1,50€/appel + prix appel
  • contact@protagoras.fr
Le gilet de protection à moto, est-ce obligatoire ?
Moto, Non classé

Le gilet de protection à moto, est-ce obligatoire ?

12 août 2019

Une chute à moto ne pardonne pas. Contrairement à l’automobiliste qui en cas d’accident est protégé par l’habitacle, le motard ne peut se reposer uniquement sur ses accessoires de protection. Alors qu’ils ne représentent que 2 % du trafic routier, les usagers de deux-roues motorisés constituent près de la moitié des personnes blessées graves et 22 % des personnes tuées, selon la Sécurité Routière.

Rouler avec un équipement moto adapté est la clé pour réduire le risque de blessures. Pour aller plus loin, les éléments issus de la compétition apportent une plus grande sécurité. À l’origine, le gilet moto est en effet un équipement moto cross que les motards ont eu la bonne idée d’emprunter aux amateurs de tout-terrain. 

Est-ce que le gilet protection est obligatoire à moto ? 

La loi n’oblige pas à s’équiper d’un gilet protecteur. L’équipement moto obligatoire comprend uniquement les gants homologués et le casque moto.

Cependant, tout usager est invité à investir également dans des bottes moto ou chaussures montantes et dans une combinaison moto, une alternative plus sécurisante au blouson cuir et pantalon moto. 

En effet, en cas de choc ou de glissade, sans vêtements adaptés, les risques de fractures, mais aussi graves brûlures par abrasion, puis de lésions neurologiques à long terme, sont élevés.

Pour protéger leur dos, les vertèbres et cervicales, les motards peuvent s’équiper d’un blouson moto ou d’une veste kevlar. Avec un blouson épais, le facteur de protection s’élève à 93 % pour les motocyclistes.

L’idéal est d’opter pour un modèle renforcé aux coudes et aux épaules et idéalement muni d’une protection dorsale. Pour plus de confort, on mise sur les vestes imperméabilisées et équipées d’une doublure amovible matelassée pour une meilleure protection froid.

Les vestes des marques Bering, Dainese ou Alpinestars sont conçues en matière respirante comme le Gore-Tex® pour un excellent confort. 

Mais toutes les vestes ne sont pas aussi bien équipées, notamment le blouson vintage qui offre un style motard, mais pas nécessairement la sécurité espérée. D’où l’intérêt du gilet protection. 

Les différents types de gilets de protection 

Le gilet de protection renforcé 

Cette combinaison est dotée de coques thermoformées au niveau des articulations épaules et coudes. Certains modèles laissent la possibilité d’ajouter une protection dorsale et pectorale qui protégera les côtes et la colonne vertébrale.

Des renforts sont greffés au niveau des hanches et des fesses pour protéger la ceinture lombaire. Le gilet protection moto se porte sous une veste et reste recommandé surtout si l’on pratique du off road (cross, enduro) avec un trail par exemple. 

Il existe différents niveaux d’homologation. Pour une protection optimale, misez sur un modèle certifié de la norme EN 13 595. Pour l’équipement cross, misez sur la ceinture lombaire et le plastron.

Le dos est une zone extrêmement sensible qu’il est possible de sécuriser grâce à la protection dorsale. Cet équipement motard doit répondre à la norme EN 1621-3. Enfin, la certification EN 1621-1 signifie que les coques ont été testées dans un laboratoire certifié. 

Le gilet airbag 

Les liaisons au thorax et à l’abdomen peuvent être fatales, notamment lorsque le motard chute et heurte un obstacle comme un véhicule ou une barrière de sécurité.

La veste airbag moto garantit une protection optimale, en protégeant le ventre, les organes vitaux, les clavicules, la nuque et la colonne vertébrale. Cette veste, dont le coût s’élève entre 300 et 800 euros, peut vous sauver la vie. 

La conformité des gilets airbag moto est contrôlée par plusieurs organismes. Tout d’abord, le marquage CE détermine si votre équipement est bien un équipement de protection individuelle (EPI).

Vient ensuite le CRITT qui homologue les protections d’airbag selon deux critères : la vitesse de détection, d’activation et de gonflage du système, qui doit être inférieure à 200 ms ; puis l’obtention d’un niveau minimal de pression d’air à l’intérieur du gilet.

L’organisme de certification SRA intervient ensuite pour noter les gilets airbag selon leur vitesse de déclenchement, avec un système d’étoiles. 

Le gilet airbag filaire 

Les airbags filaires fonctionnent grâce à un câble relié du gilet à la moto. Le déclenchement se fait à la rupture du câble lors d’un accident. 

Le gilet airbag autonome 

Les airbags électroniques sont les plus avancés technologiquement. Sans boîtier ni fil, ils comprennent l’accéléromètre, le gyroscope, la batterie, etc. Leur technologie poussée leur permet de détecter très rapidement le choc et d’être gonflé en un temps record. 

Le gilet airbag radiocommandé 

Ce gilet protection sans fil possède des capteurs reliés à un boîtier électronique, qu’il faudra installer sur la moto et alimenter en piles. Les capteurs sont à placer à des endroits stratégiques sur la moto, selon le constructeur ; par exemple sous la selle pour détecter une chute, et sur la fourche pour détecter un choc. 

Le gilet airbag et les assurances moto 

Renseignez-vous auprès de votre assurance moto. La plupart des compagnies proposent en effet des réductions permettant aux assurés de s’équiper de cette veste moto à prix réduit, notamment pour les jeunes conducteurs, voire de la remplacer en cas de déclenchement.

Publié par Pierre C
Partagez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-nous sur Facebook